Le ministre de la Refondation de l’État, chargé des Relations avec les Institutions, Ibrahim Ikassa Maïga, a remis, jeudi dernier, le document du Cadre stratégique de la refondation de l’État assorti de ses Plans d’actions (Csre 2022-2031), en versions physique et numérique, au Premier ministre par intérim, le Colonel Abdoulaye Maïga.

Le ministre Ibrahim Ikassa Maïga a présenté cette cérémonie de remise comme étant le point de départ officiel des activités du dispositif institutionnel fixé par le décret n°2022-0516/PM-RM du 01 septembre 2022. Ainsi, il a décliné le contenu du chronogramme des activités de vulgarisation se déclinant en une série de rencontres de présentation et d’appropriation du Cadre stratégique de la refondation de l’État avec les représentants de la haute administration, des institutions et autorités administratives indépendantes, de la classe politique, des organisations de la société civile, des syndicats, du Patronat, dans les universités et avec les forces vives de la Nation dans les régions et collectivités.

Pour le ministre Ibrahim Ikassa Maïga, ces activités constituent un paramètre important en termes de redevabilité au peuple malien au sortir des Assises nationales de la refondation (ANR), d’information et d’appropriation des acteurs institutionnels et socio-politiques, de la mise en route et de la mise en œuvre efficiente du Csre, durant la période de Transition en cours.

A travers ce cadre institutionnel, le Csre ambitionne, sur une période décennale (CSRE 2022- 2031), de mettre en cohérence les différents programmes sectoriels avec les idées novatrices des ANR, à travers un Plan d’actions de la Refondation de l’Etat (PARE 2022-2026) sur cinq (5) ans et un Plan d’actions prioritaires du Gouvernement de Transition (Papgt-2022-2024) sur vingt-quatre (24) mois, prolongé par un Plan d’actions prioritaires complémentaires. De ce fait, dans le court terme de la période de Transition fixée pour jeter, de façon irréversible, les bases de la Refondation de l’Etat, deux cent dix (210) actions tirées du Plan d’actions (Pare 2022-2026) du Cadre stratégique de la refondation de l’Etat (Csre 2022-2031) seront progressivement mises en œuvre, dont cinquante-cinq (55) actions prioritaires sur une période de vingt-quatre (24) mois d’une part, et d’autre part cent cinquante-cinq (155) actions complémentaires se poursuivant au-delà de la période de Transition. Elles sont identifiées autour de trois piliers : la Refondation de la gouvernance politique et institutionnelle (1), la Refondation de la gouvernance sécuritaire et socio-économique (2) et la Refondation de la citoyenneté (3). Les ressources intérieures financeront en grande partie les dépenses liées à la refondation et une partie des dépenses d’investissement. Le reste des investissements sera pris en compte dans le cadre de la mobilisation des ressources extérieures conformément au cadre législatif en cours. Le tout dans une approche coordonnée, efficace et efficiente de financement et de gestion des ressources publiques.

Ce que prévoit le Csre 2022-2031

Selon le ministre de la Refondation de l’État, chargé des relations avec les Institutions, le Csre 2022-2031, à travers sa vision et ses orientations, propose de gouverner autrement avec le souci constant de la rigueur, de la transparence, de l’efficacité et de l’efficience. « Aussi, pour rompre avec le cycle des foras sans mise en œuvre des conclusions et conformément aux engagements des autorités de la Transition de respecter la volonté exprimée du peuple malien à l’issue des ANR, le Comité indépendant de suivi–évaluation de la mise en œuvre des recommandations des assises nationales de la Refondation (Cinsere-ANR), institué auprès du Président de la Transition, veillera-t-il sur la mise en œuvre cohérente des recommandations des ANR et s’assurera de la traçabilité, de la redevabilité et du suivi-évaluation des Plans d’actions du Csre », a déclaré le ministre Ibrahim Ikassa Maïga dans son avant-propos. A l’en croire, l’encadrement légal du mécanisme d’adoption et de mise en œuvre du Csre 2022-2031 est consacré à travers son adoption en Conseil des ministres le 1er juin 2022, ainsi que son approbation suivant décret n°2022-0453/PT-RM du 10 août 2022, ainsi qu’auparavant la création du Comité indépendant de suivi-évaluation de la mise en œuvre des recommandations des Assises nationales de la refondation (Cinsere-ANR) par décret n°2022-0242/PT-RM du 20 avril 2022 et la désignation de ses membres par décret n°2022-0393/PT-RM du 29 juin 2022.

Le ministre Ibrahim Ikassa a par ailleurs déclaré : « Nous pouvons envisager l’avenir avec optimisme à travers le présent Cadre stratégique de la Refondation de l’État qui traduit le profond désir de changement de paradigme pour une gouvernance vertueuse de notre État et l’aspiration du peuple malien à un Mali nouveau fondé sur les valeurs cardinales de paix, de justice, de solidarité, de vivre-ensemble et d’honneur ».

Selon la cellule de communication du ministère de la Refondation, en recevant le document du Csre 2022-2031, le Premier ministre par intérim, colonel Abdoulaye Maïga, s’est réjoui, au nom des hautes autorités de la Transition, de la traduction en actions des recommandations issues des ANR traduisant la vision du Peuple malien qui a réaffirmé sa volonté de Refondation de l’Etat, avec patriotisme, courage et résilience.

Le colonel Abdoulaye Maïga a, par la suite, salué la volonté d’associer tous les acteurs à une saine appropriation par la haute administration, tous les agents publics, ainsi que toutes les forces vives maliennes impliquées dans les mécanismes de mise en œuvre des actions prioritaires du Cadre stratégique de la Refondation de l’Etat, pour leur mise en œuvre efficiente et efficace, actions du Csre dont l’essentiel concerne et interpelle d’abord, nous les Maliens vers un changement de vision, de comportement et de comportement dans la gouvernance de notre Nation.

B. Guindo

Source: Le Pays

Laisser un commentaire