Du 11 au 13 novembre 2022, le ministre du développement rural, Modibo Keita, à la tête d’une importante délégation composé du directeur de l’industrie, Moussa Yattara, du directeur de la production agricole, Ousmane N Traorė ainsi que du secrétaire de la section syndicale Daouda Traore, a effectué une visite dans les filiales cotonnières nord-est et centre. Objectif : constater l’état d’avancement de la campagne d’égrenage et s’enquérir des difficultés rencontrées par les cotonculteurs pendant la campagne en cours. A Koutiala, le ministre et sa suite ont visité un marché de coton, notamment la coopérative de Signè, secteur central de Koutiala ainsi que l’usine d’égrenage 4, avant de s’entretenir avec les paysans et les travailleurs de la filiale CMDT de Koutiala. A Sikasso, son passage a plutôt concerné quelques unités industrielles ainsi que des champs notamment à Molasso et M’péola. Comme à Koutiala, le visiteur et sa suite se sont entretenu avec les paysans et les travailleurs avant de rendre une visite de courtoisie aux notabilités locales en compagnie des autorités administratives respectives. (Gouverneurs, préfets et maires).

Tout en remerciant le ministre pour sa disponibilité notamment en période de crise d’instant, le Diamanatigui de Koutiala, Barou Ouattara, lui a suggéré de faire la promotion des instants fabriqués au Mali, en prévision de difficultés similaires à celles rencontrées pendant la campagne en cours. Quant aux Traoré de Sikasso, ils ont renouvelé leur engagement, ainsi que celui de tout monde paysan local, à soutenir la transition.

À l’issue du périple, le ministre en charge du Développement rural s’est néanmoins réjoui du déroulement de ce qu’on peut appeler une campagne à problèmes. En effet, malgré les difficultés liées au retard de l’approvisionnement en intrants, aux inondations et ravage des cultures par des jassides, le ministre s’est dit convaincu que l’espoir est permis. C’est du moins l’assurance qu’il a donnée lors de son passage au marché de coton de la coopérative de Signé coopérative, dans le secteur central de Koutiala. «Nous pouvons encore espérer sur un rendement acceptable tout en conservant notre place de premier producteur de la sous-région. Je suis très satisfait. Si les fortes pluies ont joué sur la production cotonnière, elles nous ont permis de faire une bonne récolte de céréales. Et si la production-coton va baisser par rapport à la campagne précédente, pour le ministre Keita, il y a de fortes chances que le Mali conserve sa place de premier producteur. Si nous avons connu les mêmes ravageurs contrairement à d’autres pays, nos cotons ont pu garder leurs capsules, estime-y-il.

Même son de cloche du côté de l’administrateur général de Koutiala, Sissoko Ibrahim W Sissoko.  Selon lui, même si le Mali n’atteint pas l’exploit de la campagne dernière, il peut espérer une «production raisonnable», en attendant les ultimes estimations pour faire le point.

En réponse aux Ouattara de Koutiala, le ministre dira qu’après les études déjà faites, l’IER sera engagé à vulgariser les engrais locaux. Et de déplorer au passage les conséquences des intrants chimiques sur l’écosystème (pauvreté de la terre, baisse de la Pluviométrie).

Chez les imams, par ailleurs, la délégation a plutôt été comblée de bénédictions pour la stabilité au Mali et surtout une campagne différente de celle en cours qui a connu des difficultés.

De Koutiala à Sikasso, le ministre Modibo Keita, après avoir rassuré les paysans de la pleine de leur situation à travers les techniciens de la CMDT, a donné des gages de l’engagement ferme des autorités d’œuvrer à l’épanouissement du monde paysan.

Amidou Keita

Source: Le Témoin

Laisser un commentaire