Zhong Yin, journaliste au Quotidien du Peuple

Les traînées d’étoiles désignent la trajectoire produite par le mouvent d’une étoile en continu. À Beijing, pour photographier les traînées d’étoiles, il fallait aller en banlieue dans le passé, alors que des photographes les ont récemment capturés dans le parc Shougang à Beijing. Ce changement reflète l’amélioration continue de la qualité de l’air à Beijing. En 2021, on a compté 288 jours avec une bonne qualité de l’air à Beijing, soit 78,9% de l’année entière, en hausse de 112 jours par rapport à 2013. Le nombre total de jours de forte pollution dans la ville a été réduit de 50 à 8 au cours de la même période. Une amélioration aussi visible traduit les progrès écologiques significatifs réalisés par la Chine au cours des dix dernières.

Un environnement écologique sain est le produit public le plus équitable qui apporte le plus grand bénéfice à la population. Dans la province du Guizhou (dans le sud-ouest de la Chine), les villes principales bénéficient d’une bonne qualité de l’air pendant plus de 98% des jours, et la bonne qualité de l’eau est observée à la section transversale de tous les points de sortie des principaux cours d’eau.

La province du Hebei (dans le nord du pays) a réduit de 5,23 milliards de mètres cubes la surexploitation de l’eau souterraine, a restauré 400 000 mu (26 667 hectares) de mines et 2,7 millions de mu de prairies dégradées, désertifiées et salinisées. Dans la province du Jiangsu (dans l’est de la Chine), 93,6% des habitants se sont dit satisfaits de l’environnement.

Au cours des dix dernières années, avec le ciel plus clair, des montagnes plus verdoyantes, des eaux plus limpides et un meilleur environnement, la Chine a amélioré le sentiment d’épanouissement, de bonheur et de sécurité de sa population.

Au cours des dix dernières années, l’environnement écologique de la Chine a connu un changement historique. Pendant cette période, la reforestation réalisée en Chine représente un quart de la superficie mondiale de reboisement artificiel, et les émissions de CO2 par unité de PIB ont diminué d’environ 34%. En outre, la Chine arrive à la première place mondiale en matière de vente de véhicules à énergie nouvelle au monde et de capacité installée d’électricité produite à partir de sources renouvelables au monde, comme l’énergie éolienne et photovoltaïque.

« Le marché national du carbone de la Chine a lancé des échanges en ligne, et le pays a établi un système de compensation écologique pour l’ensemble de bassins du fleuve Jaune et du fleuve Yangtsé. L’encours des prêts verts s’élevait à 15 900 milliards de yuans à la fin de 2021. La finance verte joue un rôle de plus en plus important », a déclaré Ye Min, vice-ministre de l’Écologie et de l’Environnement.

Au cours des dix dernières années, la Chine a promulgué de multiples lois et règlements sur la protection de l’environnement et lancé un système d’inspection central pour la protection écologique et environnementale. Elle a établi un système de réserves naturelles, avec les parcs nationaux au centre de ce système, et a continué de poursuivre des efforts de reboisement dans de vastes zones. Elle a aussi mis en place un système d’évaluation et de redevabilité en matière de progrès réalisés dans la conservation écologique, ainsi qu’un système de chef de rivière, de lac et de forêt.

Le pays protège l’environnement comme si nous protégions nos yeux et notre vie. Le développement vert est déjà un principe directeur de la Chine.

Les eaux limpides et les montagnes luxuriantes créent des richesse naturelles, écologiques, sociales et économiques. La région riveraine qui s’étend le long du fleuve Huangpu dans l’arrondissement de Yangpu à Shanghai, qui autrefois était une « ceinture de la rouille » qui réunissait des entreprises industrielles, s’est transformée en espace public urbain dynamique offrant des loisirs à des habitants. Des monts Helan, zone minière dans la région autonome Hui de Ningxia (dans le nord-ouest de la Chine), sont devenus un vignoble après la restauration écologique, capable de générer d’énormes bénéfices économiques grâce à la reconversion réussie. Un village de la préfecture autonome Bai de Dali de la province du Yunnan (dans le sud-ouest de la Chine) a retrouvé sa beauté naturelle après avoir cessé toute activité agricole sur ses étangs et ses terres agricoles au bord du lac, attirant de plus en plus de touristes.

Ces réussites prouvent que par protéger l’environnement, nous pouvons protéger et optimiser la valeur de la nature, et booster le potentiel de développement économique et social.

La protection de l’environnement va de pair avec le développement économique, en se renforçant mutuellement. Nous ne pourrons profondément changer le concept de développement, réajuster les valeurs et changer radicalement le modèle de développement que par créer des synergies entre le développement et la protection.

En mai 2021, les premiers timbres de crédit carbone forestier ont été émis dans le village de Changkou du comté de Jiangle de la province du Fujian (dans le sud-est de la Chine). Comme des forêts publiques sur 213 hectares dans le village ont réduit les émissions de CO2 de 12 723 tonnes, le village a obtenu des timbres de crédits carbone et a finalement gagné 140 000 yuans grâce au commerce du carbone. « Nous gagnions de l’argent par abattre des arbres dans le passé, tandis qu’aujourd’hui, si nous protégeons bien des forêts, l’air propre nous apporte de l’argent », a dit un villageois.

Tout en embellissant son propre pays, la Chine, participe et contribue à la conservation écologique mondiale et y joue un rôle pionnier. Le pays s’est solennellement engagé à augmenter ses contributions déterminées au niveau national en adoptant des politiques et des mesures plus vigoureuses. Il vise à atteindre un pic des émissions de CO2 avant 2030 et la neutralité carbone avant 2060. Il a incorporé les objectifs de pic et de neutralité carbone dans son plan global de civilisation écologique et a publié des politiques spécifiques à chaque secteur pour atteindre les objectifs. La Chine accélère le développement des énergies nouvelles, dans l’objectif de promouvoir une prise de conscience collective des modes de production et de vie sobres en carbone dans l’ensemble de la société chinoise.

Aujourd’hui, le pays avance à grande enjambée pour bien protéger l’environnement, entraînant des changements profonds et historiques et des transformations globales dans sa conservation écologique. Par conséquent, de plus en plus de Chinois agissent activement pour disséminer le concept de conservation écologique et le mettre en pratique par des actions concrètes et exemplaires, de manière à laisser un ciel clair, des montagnes luxuriantes et des eaux limpides aux générations futures.

Le 1er juillet 2022, la photo montre un système d’échangeur routier dans la ville de Tongling de la province de l’Anhui (dans l’est de la Chine). (Gao Xiaobing/Pic.people.com.cn)

Source: Malijet

Laisser un commentaire