La session du samedi au CICB sera marquée par les témoignages émouvants de dix femmes. Compte tenu de la sensibilité du sujet, elles le feront à visage couvert

La Commission vérité, justice et réconciliation (CVJR) tiendra sa 5è audience publique demain au Centre international de conférences de Bamako (CICB) sur le thème:«Femmes victimes de violences sexuelles et enfants victimes de conflits».

L’annonce a été faite hier par le président de la CVJR, Ousmane Oumarou Sidibé, au cours d’une conférence de presse qu’il a animée à la Maison de la presse. Le conférencier a relevé que lors de la 5è audience, les 12 victimes qui témoigneront, ont été sélectionnées en lien avec des femmes victimes de violences sexuelles et des enfants victimes en période de conflits. Il s’agit de dix femmes et de deux enfants.

Il est à préciser que de sa création à nos jours, la CVJR a enregistré plus de 28.600 dépositions dont la moitié est faite par des femmes. Justifiant le choix du thème de cette audience, Ousmane Oumarou Sidibé a soutenu que les femmes et les enfants ont énormément souffert et continuent à souffrir dans le cadre de la crise que le Mali connaît. «Donc, il est important que nous leur consacrons une session de nos audiences publiques pour les entendre, afin qu’ils puissent partager leurs douleurs et leurs récits avec l’ensemble de la nation malienne», a-t-il expliqué.

Vu la sensibilité du thème et dans le souci de protection des victimes, les témoignages de cette audience se feront à visage couvert. L’évènement sera retransmis en direct sur le réseau synchronisé des antennes de la télévision nationale et sur les réseaux sociaux. La 6è audience publique sera consacrée aux atteintes aux biens et à la propriété.

Le président de la CVJR a saisi l’occasion pour exprimer sa satisfaction par rapport au niveau d’avancement des travaux de sa structure. «Les travaux se déroulent comme nous l’avions prévu. Les victimes continuent leurs dépositions dans nos antennes et nous sommes à notre 5è audience publique sur six prévues», s’est-il réjoui. Avant d’annoncer que la CVJR a déjà proposé une Politique nationale de réparation des victimes qui a été adoptée par le gouvernement et dont le projet de loi se trouve sur la table du Conseil national de Transition (CNT).

Conformément à ses missions, la CVJR a élaboré les projets de loi portant création de l’Agence nationale de gestion des réparations en faveur des victimes des crises depuis 1960 et son décret d’application. Ainsi, une nouvelle structure devrait succéder à la CVJR à la fin de son mandat, pour la mise en œuvre de la Politique nationale de réparation, tout en s’appuyant sur l’expertise de la Commission.

SOURCE: MALIWEB.net